Publié par : sandrine92500 | 26 février 2017

Le terreau pour semis

Suite à notre atelier sur les semis, quelques précisions sur le terreau :

images

Choix du terreau : Si vous êtes un jardinier soucieux de l’environnement, vous choisirez un terreau sans tourbe. La tourbe met des milliers d’années à se constituer. En détruisant les tourbières, on libère une grande quantité de CO2 et on détruit un éco-système en laissant à la place un désert marécageux.

La tourbe est utilisée pour la qualité de ses fibres qui retient une grande quantité d’eau et pour son acidité. Il existe plusieurs qualités de tourbe : la tourbe noire, qui est la tourbe la plus vieille (environ 2000 ans et plus) et la tourbe blonde qui constitue la couche supérieure de la tourbière et qui n’a que quelques siècles. On vend également de la tourbe blonde de sphaigne fraîchement décomposée qui retient l’eau comme une éponge. Elle ne présente pas les mêmes inconvénients pour l’environnement, mais il est bien difficile de faire la différence en lisant les étiquettes ! Pour ma part, je préfère m’abstenir …

Dans les terreaux sans tourbe, celle-ci est remplacée par des écorces de conifère compostées qui donneront le taux d’acidité souhaité, des fibres de coco, des fientes de volaille, etc… Les tests réalisés avec des semis de courgettes et de navets montrent une levée identique, sinon meilleure avec les terreaux sans tourbe. On trouve ces terreaux  sous la marque « Or Brun » dans la gamme « père François », chez Truffaut (gamme « plus belle sera la terre »), chez Castorama, et d’autres marques qu’on peut commander par Internet, Botanic n’en possède pas.

Si on achète du terreau pour semis, il est préférable de ne pas l’utiliser pur, vous devrez l’améliorer. Ce terreau est un terreau plus pauvre en nutriment que le terreau de rempotage. La plantule, pour sortir, n’a pas besoin de nutriment. Tout ce dont elle a besoin est contenu dans la graine. Elle n’a besoin que d’eau pour ramollir son enveloppe et d’un substrat pour enfoncer sa première racine. Le substrat doit être suffisamment léger pour permettre à la petite racine de s’enfoncer. Si on plante la graine dans un mélange trop riche, on brûlera cette racine.

Si ce terreau est si pauvre, pourquoi l’acheter ? Pourquoi ne pas le faire soi-même ? C’est pour moi la meilleure solution. Prenez un terreau universel, bio, sans tourbe ou de la terre de jardin tamisée. Ajouter 20% de compost et 20% de sable de rivière. On doit ajouter du compost parce que la plantule, quand elle aura déjà deux feuilles, commencera à se nourrir et ne doit pas être stressée en la laissant sans nourriture.

Ce terreau est valable pour les semis sous châssis, en caissettes, en godets, en poquets, au chaud comme au froid.

Micheline Blanchard

vignette-copie-copie

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :