CLIMAT

Ce vendredi 15 et ce samedi 16 mars, les mobilisations en faveur du climat et de la justice sociale vont se multiplier à travers toute la France.

Voici l’article sur ce sujet sur le site Reporterre:

https://reporterre.net/Climat-et-justice-sociale-les-infos-pratiques-des-marches-de-ce-week-end

Vendredi 15 mars – Grève étudiante et scolaire pour le climat
Ce vendredi 15 mars, les étudiants, lycéens et collégiens français uniront leurs forces avec les jeunes du monde entier. Ils répondent à l’appel de la jeune Greta Thunberg, militante suédoise de 16 ans qui mène, chaque vendredi depuis le 20 août 2018, une grève de l’école. « Pourquoi devrions-nous étudier pour un futur qui n’existera bientôt plus, alors que personne ne fait rien pour le sauver ? », répète Greta Thunberg lors de ses discours. L’adolescente a invité la jeunesse mondiale à l’imiter et à déferler dans les rues pour réclamer des mesures fortes pour la protection du climat et du vivant.
Depuis le 15 février, des collectifs d’étudiants et de lycéens français reconduisent, tous les vendredis, une grève pour le climat sous forme de rassemblements, de marches et d’actions de désobéissance civile. Leurs actions se sont articulées, chaque semaine, autour d’ultimatums adressés au gouvernement et publiés par Reporterre : « déclarer l’état d’urgence écologique », « lancer une décroissance énergétique », « une transition alimentaire » ou encore « balayer l’organisation capitaliste mondialisée ».
Ce vendredi, le ministre de l’Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, a proposé aux jeunes de venir débattre de l’écologie dans tous les lycées de France. « Nous appelons plutôt les lycéens et les étudiants à venir exercer leur citoyenneté et débattre hors de l’Éducation nationale, hors du cadre croissanciste destructeur de l’environnement », lui répond Claire Renauld, étudiante, membre de YouthForClimate France.

 
Informations pratiques : Près de 200 appels à la grève sont déjà recensées sur le territoire français. 1.500 à travers le monde. A Paris, le rendez-vous est fixé à 13 heures place du Panthéon (5e arrondissement). Le cortège se dirigera vers Montparnasse, puis cheminera jusqu’aux Invalides, où seront organisés des débats, des formations, des actions de désobéissance et des activités ludiques.

 
Samedi 16 mars – La marche du siècle 

Depuis l’été 2018 et la démission de Nicolas Hulot, le mouvement climatique est en plein essor. Les marches du 8 septembre, du 13 octobre et du 8 décembre ont connu un franc succès, rassemblant chacune plus de 150.000 personnes. Plus de 2 millions de personnes ont soutenu le recours de l’Affaire du siècle, dénonçant l’inaction de l’État en matière climatique. En parallèle, les émissions de gaz à effet de serre et les températures ont augmenté, la biodiversité a poursuivi son déclin et les inégalités se sont aggravées.
« La marche du siècle est l’occasion de hausser le ton face à un gouvernement qui reste sourd à nos revendications de justice climatique, dit Élodie Nace, d’Alternatiba. Nous souhaitons des mesures ambitieuses et immédiates qui permettent de vivre décemment aujourd’hui et de survivre demain. »

Informations pratiques : Comme pour la grève des jeunes pour le climat, près de 200 événements sont annoncés dans l’Hexagone.
À Paris, le rendez-vous est donné à 14 heures, place de l’Opéra, pour le départ de la marche du siècle. Trois cortèges viendront garnir ses rangs :
Le cortège « urgence climatique et sociale » (départ du Trocadéro à 12 heures).
Le cortège « marche pour le vivant » (départ du parc Monceau à 13 heures).
Le cortège « roulons vert demain » (départ du Palais-Royal à 16 heures).
Arrivée prévue avant 17 heures place de la République, pour des prises de paroles et des concerts.

Publicités

 

Photo LCV blog

Virginie Cavier, adhérente de la Chouette Valérienne, nous fait part de la création de son site axé sur les liens entre la santé et l’environnement. https://terriaque.wordpress.com
La Chouette Valérienne participera comme d’habitude au festival Ecozone de Nanterre du 18 au 24 mai 2019. En avant-première …voici le message de Virginie sur sa thématique :

Cette année, le festival Ecozone de Nanterre met la santé environnementale à l’honneur. D’après la définition de l’OMS, la santé est non seulement une absence de maladie physique mais aussi un bien-être mental et social, autrement dit avoir sa place dans son environnement. A y regarder de plus près, la santé est inséparable de l’environnement et l’expression « santé environnementale » paraît presque un pléonasme. Avec l’épigénétique, on sait aujourd’hui que l’environnement est déterminant dans la survenue des maladies, tout autant que nos gènes, à quelques exceptions près.

 
Encore faut-il s’entendre sur le terme « environnement ». Outre les milieux naturels, où s’efforcent de survivre quelques ours polaires et tigres du Bengale, notre environnement est bien plus banal : notre bureau climatisé, notre canapé distillant ses retardateurs de flamme, qui grignotent les quelques points de QI que la télé nous a laissés. C’est la salle de classe à l’atmosphère saturée de composés toxiques. C’est notre nourriture, bio, pas bio, faux bio, le liquide amniotique dans lequel nous trempons, les vêtements que nous portons… tous susceptibles de contenir des polluants. On peut choisir de l’ignorer, car après tout ça ne va pas si mal pour nous. Ou bien s’en préoccuper parce que ça ne va pas si bien non plus.

 
Une fois le constat digéré, chacun agit à sa manière, ou non. Militer activement, défiler, ou plus modestement e-râler en signant des pétitions en ligne, permettent parfois de changer les lois et d’éloigner les lobbies des oreilles gouvernementales. S’y ajoute la « résistance » quotidienne, minuscule, par le changement de nos habitudes, où « faire » redevient une notion avant-gardiste après les affres du tout-prêt et du jetable. Ça commence un beau matin, où l’on décide que l’on va râper soi-même ses carottes (23 secondes par carotte en moyenne)*. Puis on fabrique son déodorant (7 minutes 31 secondes pour 2 mois d’utilisation)*, sa lessive (25 minutes 17 secondes pour 3 litres)*, ses confitures, son pain, son lave-vitre, son dentifrice ….Petit à petit la maison se transforme, les poubelles rétrécissent, le plastique cède devant le verre, l’atmosphère s’allège. Et la facture aussi! Quelques produits extrêmement banals suffisent pour remplacer la foultitude de flacons qui encombrent notre espace. On teste, on apprend, et on partage les expériences. Chaque nouvelle trouvaille, aussi minime ou incongrue soit-elle, est une petite victoire, un coup de dent jubilatoire dans le gras de notre « société de consommation ». Nos objets et produits du quotidien commencent à vraiment nous ressembler, au lieu de nous être imposés.

 
La démarche peut paraître dérisoire, mais c’est un premier pas, qui réveille l’idée d’agir. Certains vont même bien au-delà et deviennent des maîtres dans l’art du zéro-déchets. Sans espérer que l’on y arrive tous, y compris moi-même, chaque effort est un gain pour notre avenir.
* : Pour ceux qui pensent qu’ils n’ont pas le temps.

 
Virginie Cavier
https://terriaque.wordpress.com

Publié par : cecileab | 13 février 2019

Recettes pour utiliser le pain sec

Idées de recettes délicieuses anti gaspillage transmises par Micheline et Virginie  :

                      Soupe de potimarron aux croûtons de pain sec
Couper 400 g de potimarron en cubes (ce n’est pas la peine de l’éplucher)
3 pommes de terre moyennes
1 oignon
Couvrir d’eau, faire cuire et mixer.
Ciseler un peu de vert de poireau pour verser sur la soupe au dernier moment
Couper une demie baguette en petites tranches, les faire revenir dans un peu d’huile d’olive (mieux, on peut les frotter avec de l’ail avant de les mettre dans la poêle). Quand ils sont bien dorés sur les deux faces, les mettre de côté, au chaud. Les disposer sur une assiette à part pour que chacun se serve.

potimarron

 

                                              Fond de tarte au pain sec
Faire tremper un demi pain dans du jus d’orange. Emietter le pain, l’écraser, ajouter une cuillère de fleur d’oranger et un oeuf. Ecraser pour faire une bouillie compacte. Beurrer un moule, et mettre la pâte sur le fond.
Couper les pommes comme pour une tarte traditionnelle, placer les morceaux dans le moule. Couvrir avec une garniture faite avec 70 g de sucre, 1 œuf, et 40 g de beurre fondu. Mélanger et verser sur les pommes.
Faire cuire à 180°
tarte pom

                                             

                                      Gnocchis de pain sec

200 g de pain rassis en cube
80 à 100g de farine
20 g de fromage râpé (pas indispensable)
1 œuf
1 cuillère à café de sel

Faire ramollir le pain rassis dans 150 ml d’eau (ou plus)
Egoutter le pain si nécessaire et ajouter la farine, le sel, l’œuf, le fromage
Mélanger à la fourchette pour obtenir une pâte. Celle-ci ne doit pas être collante. Rajouter un peu de farine si nécessaire.
Rouler la pâte en boudins de 5 cm de diamètre environ.
Couper les boudins en tronçons de 2 cm.
Faire cuire 4 min. dans l’eau bouillante.

Options :
Après cuisson, les égoutter et les passer légèrement à la poêle.
On peut ajouter dans la pâte des herbes, des aromates ou épices pour varier les goûts.

Publié par : cecileab | 8 février 2019

Les générations pour le Climat !

 

jeunes pour le climat

Nous vous recommandons particulièrement cet article du site d’information « Reporterre »
https://reporterre.net/En-Belgique-collegiens-et-lyceens-font-la-greve-pour-le-climat

Les jeunes générations se mobilisent contre les modifications du climat et leurs conséquences actuelles et à venir. Par divers moyens, ils attirent l’attention du grand public, et des décideurs politiques et économiques.
On peut regretter le peu de relais médiatiques des manifestations et des marches pour le climat. Mais elles sont non-violentes et constructives…donc elles n’attirent pas certains media …..
Le 24 janvier 2019, ils étaient 35.000 dans les rues de Bruxelles et quelques milliers à Liège et à Anvers. La mobilisation a attiré l’attention de la presse internationale, mais aussi des politiciens.
« On nous dit que nous sommes jeunes, que nous ne savons pas ce que nous disons, qu’on est manipulés, mais nous écoutons les scientifiques et eux nous disent qu’on a raison »
« C’est nous qui allons hériter des conséquences, donc si c’est pas nous qui nous mobilisons, alors ce sera qui ? »

Ils ont bien compris que les citoyens doivent changer certaines habitudes mais ils attendent aussi de réels changements d’objectifs de la part des politiques.
En Belgique, les lycéens, rejoints progressivement par les étudiants, veulent poursuivre leur grève tous les jeudis (le jour de la semaine où le gouvernement définit son agenda). Ils espèrent « contaminer » leurs camarades français, en particulier pour l’appel à la grève scolaire internationale du 15 mars. Cet appel a été lancé par la jeune suédoise Greta Thunberg qui a fait un discours remarqué par sa pertinence et sa maturité en décembre dernier à la Cop 24.
En France, une jeune collégienne Ysée Parmentier a commencé en janvier « une grève scolaire en faveur du climat » dans son établissement du Tarn et Garonne Désormais, elle continue son combat au sein de l’association « Little Citizen for Climate ».
« Comme nous n’avons pas droit à la grève, je vais proposer à mon collège d’organiser à la place une journée de sensibilisation à l’écologie »
Espérons que cette idée sera reprise dans de nombreux établissements !

climat belge
Une autre génération est bien présente sur les mêmes sujets, celle des grands parents qui s’inquiètent de la Terre qu’ils vont laisser à leurs petits-enfants.
En parcourant ce site http://grandsparentsclimatfrance.fr/ vous verrez que le dynamisme n’est pas réservé aux jeunes générations…..
Et pour conclure, une grande bouffée d’air et d’espoir avec ce message de jeunes belges :
https://gpclimat.be/2019/01/30/message-de-jeunes-belges-adresse-a-la-ministre-du-climat/

Publié par : catherine92500 | 13 janvier 2019

Une centrale solaire citoyenne sur le Mont Valérien

 

Avec le support de la structure ENERGIE PARTAGEE et l’aide financière de la Région ILE DE France, l’association rueilloise THERMIE  lance début 2019 un coopérative citoyenne de production d’électricité photovoltaïque.

logosfermessolaires

Vous pouvez tous participer au succès de ce projet :

– En devenant actionnaire de cet investissement vert : placement estimé à 1,5%/an sur 20 ans.  Achetez des panneaux photovoltaïques, à raison de 200€/panneaux. Objectif 2019 : investissement de 2 centrales soit de l’ordre de 200K€, financés à 50% par les citoyens, soit 500 citoyens qui placent 200€ chacun.

– En participant à la vie de cette coopérative en devant membre de son conseil d’administration qui sera formé de 14 membres bénévoles. Nous avons besoin de tous vos talents, notamment en communication pour informer les habitants autour du Mont Valérien.

–  En relayant cette information, afin que nous puissions lever des fond rapidement et créer les centrales de production (fermes)

Nous invitons à répondre au questionnaire en ligne sur ce lien.

N’hésitez pas à contacter l’association THERMIE : associationTHERMIE@gmail.com

Publié par : cecileab | 22 décembre 2018

PETITION POUR LE CLIMAT : L’AFFAIRE DU SIÈCLE

CLIMAT

Quatre associations : Notre Affaire à Tous, la Fondation pour la Nature et l’Homme, Greenpeace France et Oxfam France ont décidé, au nom de l’intérêt général, d’attaquer l’Etat français en justice pour qu’il respecte ses engagements climatiques et protège nos vies, nos territoires et nos droits. C’est l’Affaire du Siècle.

 
Partout, dans le monde, des citoyennes et citoyens saisissent la justice pour que leurs droits fondamentaux soient garantis face aux changements climatiques. Ils sont enfants, adolescents, étudiants, parents, grands-parents… ils sont déterminés à l’emporter.
Et ça marche ! Aux Pays-Bas, la justice a ordonné au gouvernement néerlandais de revoir à la hausse ses objectifs sur la réduction des émissions de gaz à effet de serre, au nom de la protection des droits de ses citoyens. Au Pakistan, grâce à l’action en justice d’un fils d’agriculteurs, les juges ont mis en place un Conseil climatique chargé de veiller à la mise en œuvre des objectifs climatiques. En Colombie, 25 jeunes ont fait reconnaître par la Cour suprême la nécessité d’agir contre la déforestation et pour la protection du climat.
Tous ces recours sont le fruit d’une même volonté citoyenne d’assurer un avenir plus juste et durable. Vous aussi, vous pouvez soutenir cette demande en justice en ajoutant votre voix à notre pétition :

https://laffairedusiecle.net/#petition
Nous protéger face aux changements climatiques en agissant en justice, c’est l’Affaire du Siècle ! Des YouTubers et des personnalités du monde de la culture se sont associés pour porter haut et fort cette demande. Video sur :

https://www.oxfamfrance.org/a-la-une/un-recours-historique-pour-proteger-le-climat-et-notre-avenir/

Publié par : catherine92500 | 10 décembre 2018

Diffusion du Film Après Demain le 11 Décembre 2018 sur France 2 à 23h15

 

après demain

Deux ans après le succès phénoménal du documentaire Demain, Cyril Dion revient sur les initiatives que le documentaire a inspirées. Il embarque avec lui son amie Laure Noualhat, enquêtrice de renom sur les fronts de l’écologie et très sceptique sur la capacité des micro- initiatives à avoir un réel impact face au dérèglement climatique. Leur confrontation pleine d’humour les pousse dans leurs retranchements : qu’est-ce qui marche, qu’est-ce qui échoue ? Et si, finalement, tout cela nous obligeait à inventer un nouveau récit pour l’humanité ?

Avant première du film "Après demain" de Cyril Dion et Laure Noualhat - LES AMIS DES JARDINS DU RUISSEAULaure Noualhat est une journaliste, enquêtrice et réalisatrice spécialisée dans les questions écologiques, environnementales et sociétales. Elle a travaillé quinze ans pour Libération, a enquêté pour différents documentaires consacrés au nucléaire et réalisé des films sur le climat ou l’énergie. En 2018, elle signe avec Cyril Dion le documentaire Après Demain.

Cyril Dion est le cofondateur avec Pierre Rabhi du mouvement Colibris et de la revue Kaizen. En 2015, il écrit et co-réalise avec Mélanie Laurent le film Demain, qui obtient le César du meilleur documentaire en 2016. En 2017, il publie son premier roman, Imago ainsi qu’un recueil de poème, Assis sur le fil. En 2018, il signe avec Laure Noualhat son deuxième film Après Demain et publie le Petit manuel de résistance contemporaine.

Publié par : cecileab | 3 décembre 2018

Message de la COP 24 non officielle

capture-dc3a9cran-de-2018-12-01-10-05-21

capture-dc3a9cran-de-2018-12-01-10-05-47

Des scientifiques, des économistes, des associations, des élus, des citoyens regroupés dans la COP 24 non officielle nous adressent des messages dans les journaux, les réseaux sociaux…

« Nous sommes conscients de l’effondrement des écosystèmes, de l’urgence climatique et de leurs conséquences sociétales. Depuis longtemps nous sommes engagés au quotidien pour la transformation de notre société, pour qu’elle soit plus écologiste et solidaire. Nous pensions être des milliers. Nous sommes en réalité des millions.  »

 
capture-dc3a9cran-de-2018-11-30-20-23-15

Publié par : cecileab | 23 novembre 2018

La consommation….autrement ….

Imprimer

Alors qu’une partie de nos concitoyens sont dans la frénésie d’achat tout droit importée du modèle américain, on peut dénoncer une surconsommation chronique très nuisible à la planète.
Des entreprises sociales et des associations ont décidé de réagir face à ce jour de frénésie : soit refuser de faire des achats, soit choisir d’acheter dans les réseaux qui luttent contre l’obsolescence programmée et proposent des ateliers de réparation, transformation…

 
Voici le message de l’association Agir pour l’Environnement sur son site :
Agir pour l’Environnement est une association nationale de mobilisation citoyenne en faveur de l’environnement. Le but de l’association est de faire pression sur les responsables politiques et décideurs économiques en menant des campagnes de mobilisation citoyenne réunissant un réseau d’associations et de citoyens le plus large possible.

BLACKFRIDAY : PROMO… SUR LE CLIMAT !!! #JEBOYCOTTE
Le 23 novembre prochain, contre le « blackfriday », participons massivement à une journée sans achat !

BLACKFRIDAY : PARCE QUE « TROP N’EST JAMAIS ASSEZ » !!! #VENDREDINOIR
Dans un incroyable mouvement schizophrénique, notre société s’apprête à célébrer, le 23 novembre prochain, le « blackfriday ». Cette fête de la surconsommation est un vendredi noir pour la planète durant lequel les plus grandes marques et distributeurs vont multiplier les promos sur toutes sortes de produits électroniques !!! Une loi non écrite veut ainsi qu’en août, l’opinion publique s’inquiète du fait que le « jour du dépassement » advienne de plus en plus tôt dans l’année et qu’en novembre, les publicitaires soufflent sur les braises de la surconsommation afin de stimuler nos pulsions d’achat en incitant au gaspillage.
Alors que notre planète est en surchauffe, que les écosystèmes s’effondrent sous les coups répétés d’illimités qui estiment que « trop n’est jamais assez », un fête marketing, tout droit sortie de ce que les Etats-Unis font de pire, nous invite à profiter jusqu’à la lie d’une société de consommation en déshérence.
Parce que le « blackfriday » est le symbole d’un monde qui nie la réalité de l’urgence climatique, refuse de prendre en compte la raréfaction des ressources naturelles, préfère profiter aujourd’hui quitte à subir demain, nous appelons à boycotter massivement le « blackfriday » et participer activement à une véritable journée sans achat, le 23 novembre 2018.
Soyons des milliers à boycotter le blackfriday.

 

Publié par : cecileab | 13 novembre 2018

Beaucoup moins de déchets, c’est possible !

 

affiche-serd-home-fr
Semaine européenne de la réduction des déchets du 17 au 25 novembre 2018
Elle s’est donnée un objectif : sensibiliser à la nécessité de réduire la quantité de déchets. Chaque année en France, un habitant produit 354 kg d’ordures ménagères.
La Ville de Rueil-Malmaison organise des temps d’informations sur ce sujet.

La Chouette Valérienne participera à des actions de sensibilisation le 17 novembre, au marché et à la Ressourcerie Partagée.

Le samedi 17 novembre
Place du Marché Jean Jaurès, Centre-Ville de 10h-13h :
La Chouette Valérienne : comment lutter contre le gaspillage alimentaire
Le Relais : le recyclage des vêtements
Le SITRU : le traitement des déchets de la commune
Vélo smoothie : pédaler, se régaler et ne pas gaspiller
Comptoir DD : les correspondants développement durable des conseils de village partagent leur expérience et bonnes pratiques

Ressourcerie partagée des Mazurières – 35 rue des Mazurières
« Café des bricoleurs » avec la participation de la Chouette Valérienne et d’autres bénévoles associatifs.
14h-18h : réparer ensemble du petit matériel ou un vélo

Déchèterie – Rue Léon Hourlier
Toute la journée : information autour du compostage avec mise à disposition de compost.

Mercredi 21 novembre
Alerte ! Réduisons et valorisons nos déchets à Rueil Malmaison, c’est l’affaire de tous !
Débat à la Médiathèque Jacques Baumel à 19h

Samedi 24 novembre
Opération de ramassage des déchets organisée par le Conseil de Village Mont Valérien.
Rendez-vous à 15h30 place du 8 mai 1945

Older Posts »

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :